INSTITUTIONS

La revue de psychothérapie institutionnelle / FIAC

INSTITUTIONS

sera cette année à nouveau au salon de la revue.

Nous vous invitons cordialement à passer à notre table pour découvrir nos dernières productions,

et bavarder un moment

Avec ses près de 180 stands parmi lesquels un large éventail de nouveaux exposants et de toutes fraîches créations, le 28e salon de la revue promet découvertes et retrouvailles…

                   Vendredi 9 novembre 20h-22h
                                      Samedi 10 novembre 10h-20h
                                                        Dimanche 11 novembre 10h-19h30

Halle des Blancs-Manteaux
48, rue Vieille-du-Temple
75004 Paris

« Equipe et institution : quelle place pour les familles ? »

S a m e d i 2 4 n o v e m b r e de 9h15 à 12h15 et de 14h15 à 16h30 Salle de l’Auditorium Centre Hospitalier Montperrin 109 Avenue du Petit Barthélémy 13090 Aix en Provence

Résumé : De l’institution actuelle, émerge une souffrance souvent mise en lien avec les mutations socio-économiques. Celles-ci s’inscrivent dans une logique administrative quantitativiste, ouvrant la voie d’une déshumanisation possible et une déliquescence du collectif. Le fonctionnement d’équipe peut-être aussi bien en écho de la dynamique institutionnelle comme de la problématique du patient et des liens qu’il entretient avec ses proches Prendre en compte la dynamique des liens permet de réfléchir à ce qu’est « donner une place à la famille » dans le travail groupal et institutionnel. Accueillir et penser la famille n’est pas simplement s’entretenir avec ses membres. A partir d’une réflexion théorico-clinique, il s’agira de se demander : Qu’est-ce donc une famille en et pour l’équipe et l’institution ? Quels en sont les espaces possibles d’élaboration ?

Individuel adhérent : 30 euros

Individuel non adhérent : 45 euros Formation continue non membre : 75 euros

*Cette journée est incluse dans la formation des personnes inscrites à la formation « Sensibilisation aux concepts théoriques de l’écoute groupale de la famille » et aux personnes en deuxième et troisième année, en supervision première et deuxième année . Nom Prénom Profession Tél E-mail Adresse Attention : Nombre de places limitées à 80 (26 places déjà réservées pour les étudiants) Inscription : renvoyer le bulletin accompagné du règlement par chèque au siège : ADTFA, 39 rue Paradis, 13001 Marseille Pour tout renseignement téléphone : 04 91 55 03 15 (permanence : mardi, jeudi 09h-16h & vendredi 9h-15h)

Formation continue non membre : 75 euros *Cette journée est incluse dans la formation des personnes inscrites à la formation « Sensibilisation aux concepts théoriques de l’écoute groupale de la famille » et aux personnes en deuxième et troisième année, en supervision première et deuxième année . Nom Prénom Profession Tél E-mail Adresse Attention : Nombre de places limitées à 80 (26 places déjà réservées pour les étudiants) Inscription : renvoyer le bulletin accompagné du règlement par chèque au siège : ADTFA, 39 rue Paradis, 13001 Marseille Pour tout renseignement téléphone : 04 91 55 03 15 (permanence : mardi, jeudi 09h-16h & vendredi 9h-15h)

 » L’enseignement de la folie « 

Compagnie Zou Maï Prod

 Jeudi 11 octobre à 19h au Théâtre Jules Julien TOULOUSE

Estampille : c’est avec ce titre éponyme d’un des livres majeurs de François Tosquelles, psychiatre d’origine Catalane, que Christian Mazzuchini, Marilyne Le Minoux et la Compagnie Zou Maï Prod vous proposent une plongée dans la spirale hallucinante de l’entonnoir de la folie, d’où s’égouttent la pensée et les écrits de cet incroyable catalan, entre-coulée de «patmot » (pâte de mots), de l’irrésistible poésie contemporaine de Christophe Tarkos, mis en éclat par l’énergie drôlatique de Christian Mazzuchini.

L’ÉVOLUTION DE LA PROTECTION JURIDIQUE DES PERSONNES Reconnaître, soutenir et protéger les personnes les plus vulnérables

Rapport de mission interministérielle

Anne Caron Déglise Avocate générale à la Cour de cassation

à lire sur http://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports-publics/184000626.pdf

Extraits

La protection juridique des majeurs, régime organisé par le droit civil à l’égard des personnes souffrant d’altérations de leurs facultés personnelles au point qu’elles ne peuvent pourvoir seules à leurs intérêts, concernait au début de l’année 2017 plus de 730 000 personnes. 725 000a d’entre elles ont un régime judiciaire de protection de type tutelle, curatelle et plus rarement sauvegarde de justice, le nombre de mandats de protection future en cours d’exécution s’élevant à 4 600b. Cette question affecte aujourd’hui la vie d’un nombre de plus en plus important de personnes en situation de particulière vulnérabilité, de proches et des multiples intervenants, professionnels ou non. L’évolution socio-démographique devrait amplifier encore le phénomène. Le système montre ses limites en particulier parce que, malgré l’avancée majeure qu’a constitué la loi n°2007-308 du 5 mars 2007, le dispositif juridique d’ensemble et les multiples modalités de prise en charge ne respectent plus à leur juste niveau les droits fondamentaux. Ils continuent à enfermer durablement un nombre important de personnes sans réelle possibilité d’évolution, comme en atteste le très faible nombre de mainlevées de mesures (moins de 2 %). Ce constat est d’autant plus préoccupant que le critère d’entrée dans un régime de protection est fortement discuté, l’évaluation des altérations des facultés personnelles ne prenant pas véritablement en considération les facteurs environnementaux et les possibilité

Séminaire psychanalyse et création « L’épreuve du Vide dans l’acte créateur »

Arles….

Pré-Texte

– « Mais de quelles preuves parlez-vous, que pensez-vous donc qui fasse preuve ? Lui dis-je
– L’épreuve fait la preuve ! répondit-elle, un peu facilement. Ce deuil, cette mélancolie, depuis que j’ai déménagé, mais je vis dans le lieu dès lors et « je-voix ». Cette tristesse a foré l’air en mon âme, et le Souffle circule. Dans ce Vide la barque ouvre la Voie, de trois coups de Pinceau-Encre. Cette Voie, ce n’est pas rien, c’est quelque Chose ! La brume fait preuve par sa révélation, elle est le lieu des transmutations/transformations du liquide en gazeux, lieu de sublimation
– Une création serait alors rendue possible par le style, la façon, les façons, heu.. les effaçons !
– Un effacement oui, et une apparition, oui, alors que l’Encre te creuse les plis tel un ravinement sous le ruissellement.
– « Qu’est-ce que c’est que ça, le ruissellement ? C’est un bouquet. Ça fait bouquet de ce qu’ailleurs j’ai distingué du trait premier et de ce qui l’efface. Je l’ai dit en son temps, mais on oublie toujours une partie de la chose, je l’ai dit à propos du trait unaire : c’est de l’effacement du trait que se désigne le sujet. Il se marque donc en deux temps, ce qui distingue ce qui est rature. Litura, lituraterre. Rature d’aucune trace qui soit d’avant, c’est ce qui fait terre du littoral. Litura pure, c’est le littéral. La produire, cette rature, c’est reproduire cette moitié , cette moitié dont le sujet subsiste »1. Reprend-il si loin et si présent, et revenant du Japon contemplant le littoral.
– La contemplation.. Vous n’avez pas un truc plus actif, d’autres objectifs pour la clinique? Une lutte pour défendre la psychanalyse en saison néo-libérale ?
– « La contemplation est active. C’est une activité de l’esprit qui nous ouvre à un dépassement de nous-mêmes. C’est le mouvement inverse de la consommation et du divertissement»2 Maintenant je m’y mets, « Montagnes et fleuves m’attendent pour s’exprimer »3

AMPI 2018 XXXII Journées de Psychothérapie Institutionnelle

Jeudi 18 et Vendredi 19 OCTOBRE 2018 à MARSEILLE 


SE FORMER À LA RENCONTRE DU PROTOCOLE À L’ÊTRE AVEC…

Dans la psychiatrie du 21ème siècle, les débats théorico-cliniques ont disparu, créant un vide de la pensée occupé par un discours technicisé portant une conception organiciste de la pathologie psychiatrique, devenue maladie du cerveau.

Cette approche purement « objective » du Trouble psychique s’accompagne de « recommandations » de bonnes pratiques avec des conduites à tenir stéréotypées matérialisées par la multiplication de protocoles standardisés.

Utilisé dans la gestion du risque médico légal, ce type de protocole ignore la question de la rencontre avec l’autre. La déshumanisation du soin qui en résulte est un facteur de la dramatique augmentation de l’utilisation des chambres d’isolement et des liens de contention dans les unités de soin. Et si l’objet de la psychiatrie n’était pas le cerveau mais la relation à l’autre ? Et donc l’outil de soin fondamental, la rencontre ?

Être avec la personne malade, être à ses côtés, valoriser cette co-présence même sans rien « faire »….

Tel est l’objet de la psychiatrie, des soins psychiatriques. Mais comment se forme-t-on à la rencontre ? Le goût de l’autre, la curiosité, l’engagement ça s’apprend ? Et l’inattendu là-dedans ? Le partage d’expériences participant de cet « apprentissage », rendez-vous aux journées de l’AMPI pour trouver ensemble le chemin de la rencontre…

Avec la participation de :

– Alain Abrieu, Psychiatre – Marseille

– Guillaume Alemany, Educateur Centre Antonin Artaud – Reims

 – Michèle Benhaïm, Psychanalyste et professeur à Aix-Marseille Université – Marseille

– Patrick Chemla, Psychiatre chef de service et psychanalyste – Reims

– Patrick Coupechoux, Journaliste et auteur – Villejuif

– Pascal Crété, Psychiatre, psychanalyste – Caen

– Pierre Delion, Professeur de psychiatrie et psychanalyste – Lille

– Marie Forget, Infirmière, Centre Antonin Artaud – Reims

– Anne-Line Fournier, Infirmière psychiatrique, Centre Antonin Artaud – Reims

 – Charles Gayraud, Psychiatre – Carcassonne

– Yves Gigou, Cadre de santé à la retraite – Villejuif

– Patrice Hortoneda, Psychologue, psychanalisyte – Toulouse

– Dimitri Karavokyros, Psychiatre – Laragne

– Michel Lecarpentier, Psychiatre, Clinique de La Borde – Cour-Cheverny

 – Jean-Jacques Lottin, Ancien directeur d’études de santé publique et mentale – L’Isle-sur-la-Sorgue

 – Paul E. Machto, Psychiatre – psychanalyste – Paris

– Joseph Mornet, Psychologue – Montpellier-

 – Marie-France Négrel, Infirmière de secteur psychiatrique à la retraite, mission sans abri, Médecin du monde – Marseille

– Alfredo Oliveira, Psychologue clinicien – Asnières

– Elie Pouillaude, Psychanalyste directeur du CMPP et CATTP de Crépy-en-Valois (Nouvelle Forge), enseignant en psychologie Paris 7 –

 Danielle Roulot, Psychiatre, psychanalyste, – Cour Cheverny

 – Benjamin Royer, Psychologue clinicien – Asnières

– Enrique Serrano, Pédopsychiatre – Oviedo

– Jacques Tosquellas, Psychiatre – Marseille

 – Antoine Viader, Psychiatre – Marseille

 – Fernando Vicente, Psychanalyste – Paris – Barcelone

– Tolten, Poète décalé – Aix en Provence

RENSEIGNEMENTS : AMPI Secteur 13 Tél : 04 91 96 99 93 alain.abrieu@ch-edouard-toulouse.fr christine.steinmetz@ch-edouard-toulouse.fr marion.scheddel@ch-edouard-toulouse.fr Chèque à l’ordre des : CEMÉA-PACA à adresser : CEMÉA-PACA 47 rue Neuve Sainte Catherine – 13007 Marseille Tél : 04 91 54 25 36 – lsouissa@cemea-paca.org

 

 

Journée Serpsy en PACA 2017

Du cri, à l’écrit

Introduction à la thématique de la journée

Dominique Friard, ISP, Superviseur d’équipes

« Performance artistique visuelle »
Valérie Le Roux, Art-thérapeute, Formatrice en art-thérapie, Relaxologue Danseuse.
Virginie Giraud, Art-thérapeute, Plasticienne.

« Corps et psychose un éclairage phénoménologique »
Jean Marc Henry, psychiatre, APHM

« De la perte de l’empreinte à l’empreinte contenante»
Véronique Defiole, psychomotricienne, CH Montperrin

« De la conscience du corps à l’expression de soi »
Sabrina Boutier, ergothérapeute CH Edouard Toulouse

« Performance artistique visuelle »
Valérie Le Roux, Art-thérapeute, Formatrice en art-thérapie, Relaxologue, Danseuse.
Virginie Giraud, Art-thérapeute, Plasticienne

« Lorsque le cri devient transe »

Shanti Rouvier, psychologue clinicienne,
formatrice, consultante à Aix en Provence
et Montpellier

« Le coup de la panne »
Julie Cubells, infirmière, CH Montfavet

 J’ai retrouvé mon grand-père à
l’hôpital psychiatrique» ou «mais c’est qui
Franco ? »
de Madeleine Jimena Esther avec :
Jacqueline Fontaine, Anne Séverine Delaye,
Claire Laboucarié, Anne Laure Léonart,
Vanina Filippi, Olivier Esnault, Julie Cubells.
Mise en espace : D. Friard

D’un Collectif à l’autre

Dominique Friard, S, superviseur d’équipe

Synthèse et conclusion de la journée
Anne Baqué, infirmière CH Montperrin.

Du cri, à l’écrit…

Du cri à l’écrit psychose, corps et traces

En psychiatrie, on a tendance à mettre en avant le tout psychique, la pensée comme si la souffrance psychique n’avait pas de corps, ne pouvait prendre corps. Pourtant le corps se manifeste à nous d’emblée : le regard (quelquefois fou, vide), les odeurs, les mouvements corporels, mécaniques, figés, désordonnés.
Que fait-on de ces éléments bruts qui nous sidèrent ? Que fait-on pour rendre
une rencontre possible ? Comment s’y prend-on pour qu’émerge une parole
qui nous engage ? Comment penser ce travail de liaison ? Qu’en écrire ?Qu’est-ce que cette rencontre première provoque en nous ? Fascination, sidération, débordement, peur ? Comment ces éprouvés bruts qui agitent nos corps nous lient au patient au plus près de sa problématique, de ses abîmes (abysses) ? Comment font-ils écho aux nôtres ?
Que faire de ces traces, de ces empreintes qui persistent après la rencontre ? Comment métaboliser ? Comment transformer pour permettre les conditions du soin psychique ? Comment le cri se fait écrit, tissage, métissage, histoires à raconter ensemble ?
Nous vous proposerons des instants visuels et dansés.
Comme métaphore de la rencontre entre deux individus…
Deux corps… Deux intériorités…
De l’impression à l’éprouvé, de l’éprouvé à l’impression.
Du corps sensible au corps soignant…
La mobilité, une salutaire nécessité, que l’on soit patient ou soignant.
Quelles postures ? Quelles intentions ? Quels regards ? Quels éprouvés?

Qu’avec son corps, Introduction à la journée

Le mot corps est un des plus anciens de la langue française puisqu’on le trouve dès le 9ème siècle dans la Chanson de Roland. Il vient du latin corpus qui décrit tout ce qui constitue un ensemble structuré, corps de chair, mais aussi cité, nation, ouvrage de fortification, organisation, institution, etc. Il a aussi le sens d’individu, d’où en ancien français l’expression « mes cors » pour le pronom personnel « je » et, de nos jours « garde du corps » pour la garde de la personne.1

En psychiatrie, le corps est un réel omniprésent. Il insiste même davantage qu’une réalité psychique de moins en moins partagée. Les soignants se vivent comme des ambassadeurs d’une réalité à laquelle le patient doit adhérer, de gré ou de force. Le patient doit être observant, compliant, docile mais pas trop sinon il éprouvera quelques difficultés à trouver une place réhabilitée dans un corps social prompt à exclure les corps étrangers. Mais son corps déborde. Il déborde même de partout. Nous ne sommes confrontés qu’à du corps. Le corps maniaque envahit tout, un corps sans cesse en mouvement, sans trêve, ni repos, un corps omnipotent qui s’épuise à contrôler le monde. Le corps schizophrène colle au nôtre, nous percute ou se mutile, corps morcelé, corps en miettes, corps neuroleptisé, corps qui ne respecte pas les distances intimes et qui semble vouloir entrer dans la bulle du soignant, corps qui irrupte, sans frapper, dans l’espace infirmier, corps qui exige, corps qui fait peur. Le corps borderline se rit des limites, colonise le nôtre, le bombarde de scories qui instillent en nous des émotions qui l’effractent. Il attaque tous les liens que nous prétendons tisser sauf les liens d’attachement évidemment. Le corps alcoolo-dépendant titube, vacille ou explose dans des conduites de parade qui le font tenir debout. Le corps squelettique anorexique se vomit, se remplit, se maîtrise, s’unisexe jusqu’à en mourir. Le corps déserté Alzheimer se perd dans les méandres de l’oubli et va droit devant lui sans tenir compte ni des obstacles, ni de quoi ni de qu’est-ce. Le corps en pointillé déprimé, le corps figé, porte-manteau catatonique recule les limites du ralenti. Le corps mélancolique pourrit de l’intérieur. Avant de s’arc-bouter sous les secousses du sismothère. Les poings qui se serrent. Les sangles qu’on attache. Les poings qui tambourinent sur la porte des chambres d’isolement thérapeutique. Du corps, que du corps partout. Corps des patients agglutinés qui envahissent le bureau des soignants, visage de bouffons de ces vieux chroniques édentés, aux dents noires, aux ongles maculés par des milliers de mégots, barbes noires et hirsutes de ces créatures étranges que les neuroleptiques ont transformés en femmes à barbe.2 Corps incuriques plongés dans les pyjamas difformes de l’institution. Corps dévêtu de la jeune femme en état maniaque. Ces panses qui débordent des pulls, des chemisiers de ces jeunes gens confrontés à l’irruption d’une gloutonnerie iatrogène, vorace … Et le bas, toujours le bas, ils sont constipés, sans cesse, sans relâche, malgré la poudre magique donnée à chaque repas ! Je tais volontairement les odeurs. Je ne voudrais pas vous dégouter si tôt le matin. Du corps qui empègue le soignant. Comme un lent défilé à la Jérôme Bosch. Des monstres qui s’éloignent de l’humain, au fond guère différents, dans la représentation, des démons cornus qui peuplent d’autres tableaux de l’artiste. Des regards qui vous traversent sans vous voir. Des propos incohérents tour à tour éructés et murmurés. Une liberté inouïe dans un contexte de contrainte.

L’argumentaire de la journée m’amenait dans ce chemin de pensée quand j’ai rencontré un magnifique texte de Michel Foucault : « Le corps utopique ». Il s’agit du texte d’une conférence prononcée sur Espagne Culture le 7 décembre 1966. Ces corps hospitalisés, ces corps paradoxalement libres ne le sont qu’en référence à nos propres contraintes. Ainsi que l’écrit Jean Oury : « Ça m’embarrasse beaucoup de parler du corps et de la psychose par le sujet lui-même, ça met en question forcément ce que l’on pourrait appeler modestement son propre corps, mais par rapport à quoi, à qui ? C’est vite fait de dire « la psychose » et encore plus vite fait de dire « mon propre corps ». »3 D’autant plus que ce corps nôtre est de moins en moins un corps en mouvement. Encastrés dans nos bureaux infirmiers, dissimulés derrière le temps réel de nos écrans d’ordinateurs, derrière les tableaux de nos tablettes, l’œil rivé sur nos téléphones portables, sur nos Android qui nous évitent de nous connecter au quotidien des patients, nous ne bougeons plus guère. Juste une question d’application.

« Mon corps, explique Foucault, c’est le lieu sans recours auquel je suis condamné. »4 […] « Je peux bien aller au bout du monde, je peux bien me tapir, le matin, sous mes couvertures, me faire aussi petit que je pourrais, je peux bien me laisser fondre au soleil sur la plage, il sera toujours là où je suis. Il est ici irréparablement, jamais ailleurs »5 […] « Mon corps, poursuit-il, c’est le contraire d’une utopie, ce qui n’est jamais sous un autre ciel, il est le lieu absolu, le petit fragment d’espace avec lequel, au sens strict je fais corps. »6 Nous pourrions facilement partager l’analyse de l’archéologue du silence. Névrosés moyens, comme lui, nous savons raison garder et corps ranger. Sauf que …

« Tous les matins, même présence, même blessure ; sous mes yeux se dessine l’inévitable image qu’impose le miroir : visage maigre, épaules voutées, regard myope, plus de cheveux, vraiment pas beau » 7 Chacun superposera son propre visage, son propre corps à celui de Foucault. Sauf que … Nous connaissons tous des voyageurs immobiles qui se réveillent matin face à un visage qu’ils ne connaissent pas, dans un corps qu’ils n’habitent pas. Jean Oury raconte ces réveils qui sont autant de créations du monde. « [] en général, quand on ouvre un œil, on ne réfléchit pas pour ouvrir le second ; et même, on ouvre les deux à la fois. Mais supposez que ça devienne un problème ; ouvrir un œil et réfléchir : est-ce que je vais ouvrir l’autre ? Est-ce que je vais remuer un bras ou une jambe ? Est-ce que je vais m’habiller ? Mais comment faut-il que je m’habille ? Est-ce qu’il faut que je mette mes chaussettes ?… Comment je vais les mettre ? Enfilées dans les bras ? Sur la tête ? Et les chaussures, qu’est-ce que je vais en faire ? À l’endroit ? À l’envers ? Ça semble ridicule de poser des questions comme ça, mais ça fait partie de ce que des psychiatres phénoménologues (en particulier Erwin Straus) appellent les « axiomes de la quotidienneté ». Les normosés ont des « axiomes de la quotidienneté » qui fonctionnent bien ; on ne réfléchit pas pour lever un bras, ou mettre un pied devant l’autre, ou s’habiller comme ci ou comme ça, suivant la mode ou non : ça fonctionne tout seul. Mais dans la psychose, il y a là quelque chose qui est plus ou moins altéré. C’est d’ailleurs parce qu’il y a des psychotiques qu’on a défini des  « axiomes de la quotidienneté  » ; sinon, on ne se serait pas posé des problèmes ridicules de cet ordre. »8 Jean-Marc Henry nous proposera, tout à l’heure, un éclairage phénoménologique sur les rapports entre corps et psychose. Véronique Defioles nous entretiendra de ces empreintes perdues et de celles qui contiennent.

Revenons à notre névrose, aux normosés que nous sommes, selon Oury. C’est contre ce corps prison, comme pour l’effacer, reprend Foucault, qu’on a fait naître toutes ces utopies : « Le prestige de l’utopie, la beauté, l’émerveillement de l’utopie, à quoi sont-ils dus ? L’utopie c’est un lieu hors de tous les lieux, mais c’est un lieu où j’aurai un corps sans corps, un corps qui sera beau, limpide, transparent, lumineux, véloce, colossal dans sa puissance, infini dans sa durée, délié, invisible, protégé, transfiguré ; et il se peut bien que l’utopie première, celle qui est indéracinable dans le cœur des hommes, ce soit précisément l’utopie du corps incorporel. »9 Cette utopie n’est-elle pas ce que vivent les patients que nous soignons ? Cet imaginaire n’est-il pas leur réel ? Ne vivent-ils pas dans le « pays des fées, le pays des lutins, des génies, des magiciens », dans le pays « où les corps se transportent aussi vite que la lumière », dans le pays « où les blessures guérissent avec un baume merveilleux le temps d’un éclair », dans le pays « où l’on peut tomber d’une montagne et se relever vivant », dans le pays « où l’on est visible quand on veut, invisible quand on le désire ». Ce pays est autant celui d’Harry Potter que celui des transhumanistes. Nul n’y vit que des enfants et … des psychotiques. Ainsi que l’écrit Freud, les névrosés construisent des châteaux en Espagne que les psychotiques habitent.10 Quant à savoir qui paie le loyer. Julie Cubells nous en dira quelque chose avec son coup de la panne qui ne traduit pas une défaillance sexuelle mais celle du corps institutionnel. L’hôpital psychiatrique, ancienne utopie devenue asile, est le lieu de toutes les rencontres, on peut même y retrouver son grand-père, à son corps défendant. C’est ce que mettra en scène la pièce que nous jouerons cet après-midi.

Le corps ne se laisse pas faire. Il ne se laisse pas réduire si facilement. Il est aussi toujours ailleurs. « Mon corps, corrige Foucault, est lié à tous les ailleurs du monde, et à vrai dire il est ailleurs que dans le monde. Car c’est autour de lui que les choses sont disposées, c’est par rapport à lui –et par rapport à lui, comme par rapport à un souverain –qu’il y a un dessus, un dessous, une droite, une gauche, un avant, un arrière, un proche, un lointain. Le corps est le point zéro du monde ; là où les chemins et les espaces viennent se croiser le corps n’est nulle part : il est le cœur du monde ce petit noyau utopique à partir duquel je rêve, je parle, j’avance, j’imagine, je perçois les choses en leur place et je les nie aussi par le pouvoir indéfini des utopies que j’imagine. »11

C’est à partir de mon corps, mesure de toutes choses, que j’appréhende le monde. Sabrina Bouttier nous fera faire ce chemin, de la conscience du corps à l’expression de soi. Expression de soi encore que celle du danseur : « Est-ce que le corps du danseur n’est pas justement un corps dilaté selon tout un espace qui lui est intérieur et extérieur à la fois ? » demande Foucault. Valérie Le Roux, danseuse de son état et Virginie Giraud, plasticienne, nous en feront la démonstration. Shanti Rouvier nous emmènera vers le cri, vers la transe. « Mais c’est qui Franco ? » ne décrit pas une utopie mais nous avons fait le pari d’en incarner les personnages. Ils décrivent tout comme le texte de Julie Cubells, un certain type de corps à corps avec l’organisation.

Le mot corps n’existait pas dans le vocabulaire de la Grèce antique. Soma désignait le cadavre par opposition à Psyché qui correspondait à l’âme. Psyché et Soma étaient intimement liés durant la vie car la Psyché représentait la forme extérieure du corps. Elle enveloppait le Soma comme une seconde peau invisible. Pour les Grecs, ainsi que l’illustre l’histoire de la mort d’Hector et le refus d’Achille de l’enterrer, la mort physique ne coïncidait pas avec la séparation de l’âme et du corps. Pour que cette séparation ait lieu, il fallait que le cadavre soit enterré ou brûlé, c’est-à-dire soustrait au regard des vivants. Le Soma, désormais invisible, permettait à la Psyché de se séparer de lui pour retrouver le royaume des ombres qui peuplent l’Hadès. Elle évitait ainsi la souffrance éternelle.12 Soustraire au regard des vivants n’est-ce pas ce que propose une certaine psychiatrie ? Foucault note que « c’est le cadavre et le miroir qui nous enseignent que nous avons un corps, que ce corps a une forme, que cette forme a un contour, que dans ce contour il y a une épaisseur, un poids ; bref que ce corps occupe un lieu. »13Grâce au cadavre et au miroir, notre corps n’est pas une pure et simple utopie, même si nous ne sommes pas dans le miroir et que nous ne pourrons jamais être là où sera notre cadavre. Foucault conclut en écrivant que « L’amour, lui aussi, comme le miroir et comme la mort apaise l’utopie de [notre] corps, il la fait taire, il la calme, il l’enferme comme dans une boîte, il la clôt et il la scelle. » Il est une autre activité humaine qui permet d’exister hors de toute utopie, avec toute sa densité, entre les mains de l’autre, c’est le soin. Dans le soin, qu’il soit somatique ou psychique, entre illusion du miroir et menace de la mort, le corps est ici. Organisé, planifié, institué ou non l’accueil est d’abord un ballet, une histoire de corps qui se jaugent, se mesurent et s’apprivoisent. Dans un cadre de soin conçu pour accueillir ces corps qui débordent. Le soin est d’abord la rencontre entre deux corps, entre deux modalités d’habiter son corps. C’est ce que nous allons tenter de voir aujourd’hui.

Dominique Friard, ISP, Superviseur d’équipes

1 MATHIEU-ROSAY (J), Dictionnaire étymologique, Nouvelles Editions Marabout, Alleur, Belgique, 1985.

2 FRIARD (D), JARDEL (V), Corps objet, corps sujet. In Santé mentale 2004 ; n° 90, pp. 52-58.

3 OURY (J), Le corps et la psychose, séminaire tenu à la fac de Jussieu, 15 janvier 1976.

4 FOUCAULT (M), Le corps utopique, Lignes, Paris, 2009, pp. 9-20.

5 Ibid.

6 Ibid.

7 Ibid.

8 OURY (J), Vie quotidienne, rythme et présence.

9 FOUCAULT (M), Le corps utopique, Lignes, Paris, 2009, pp. 9-20.

10 FREUD (S), Der Dichter und das Fantasieren, in L’inquiétante étrangeté et autres essais.

11 FOUCAULT (M), Le corps utopique, Lignes, Paris, 2009, pp. 9-20.

12 ANDRE (P), BENAVIDES (T), CANCHY-GIROMINI (F), Corps et psychiatrie, Editions Heures de France, Thoiry, 1996.

13 FOUCAULT (M), Le corps utopique, Lignes, Paris, 2009, pp. 9-20.

Voyage pathologique et défenestration : deux manifestations de la corporéité schizophrénique.

Docteur Jean-Marc HENRY

Préambule

Je voudrais remercier le Docteur Sophie Sirère qui, au nom d’une vieille amitié, m’a fait l’honneur de cette invitation, ainsi que les organisateurs qui lui auront fait confiance. Cette intervention relève plus du défi que de la routine et lorsque le sujet m’en a été proposé « le corps dans la psychose », mon premier sentiment fut celui de l’incompétence. Mais après tout, l’on n’écrit pas toujours pour dire ce que l’on sait mais aussi parfois pour savoir ce que l’on pense.

Introduction

L’actualité du corps dans la schizophrénie est presque entièrement absorbée par la question cruciale de la santé physique de ces personnes. Les enjeux sont évidemment considérables. Ils se déclinent en termes de qualité et d’espérance de vie, d’années de vie sauvées mais aussi d’égalité d’accès aux soins, de droit à la santé, de solidarité.

Mais j’ai cru saisir dans la commande et l’argument de cette journée une invitation à s’extraire de cette vision médicale, une incitation à aller au-delà de la chair pour évoquer les aspects subjectifs d’un corps tel que nous le vivons, dans la complexité où il se donne : tout à la fois support silencieux de notre présence, lieu de notre subjectivité, instrument dont nous pouvons disposer ou bien qui s’évertue à nous échapper. L’ambition est donc le corps vivant et nous tenterons de le saisir dans une visée phénoménologique. Parler ainsi du corps dans la schizophrénie peut sembler futile, comme un supplément d’âme suranné témoignant des dernières convulsions d’une psychiatrie d’arrière-garde. Pourtant, la phénoménologie cherche à élucider dans toute existence des équilibres anthropologiques à l’œuvre chez tous les hommes. Elle est donc essentiellement un instrument de rapprochement, de compréhension et donc de déstigmatisation. Rapprocher, comprendre, déstigmatiser : trois ambitions assurément utiles, peut-être autant que la bonne santé physique des personnes concernées, certainement toujours d’actualité.

La phénoménologie ayant besoin de s’enraciner dans l’expérience sensible, nous nous proposons d’aborder le thème au travers de deux types de situations que nous rencontrons dans un service d’urgences psychiatriques, deux façons pour le sujet schizophrène d’engager son corps dans le monde, deux modalités qui ne sont certes pas pathognomoniques de cette maladie mais que nous espérons assez spécifiques pour que s’y manifestent des traits essentiels de la corporéité. La première est rare et dramatique car son issue mortelle laisse peu d’occasion de rencontrer les survivants : il s’agit de la défenestration, plus précisément, de la précipitation. La seconde, souvent plus heureuse, se dissimule sous le terme générique de voyage pathologique. Elle nous permet de rencontrer de grands voyageurs schizophrènes dont certains pourraient dresser un guide des services d’urgences européens dont ils sont de grands usagers.

Le voyage pathologique

Voyage pathologique-voyage thérapeutique

Le voyage pathologique, réputé sous-tendu par un motif délirant, est plus souvent un voyage fait dans un contexte de pathologie, le délire n’épuisant certainement pas les motivations que nous pouvons rencontrer. En première approche, à la façon d’un Esquirol classant les délires par thème, nous pourrions décliner les motivations apparentes du voyage pour esquisser une typologie du voyageur:

• Impulsif : prenant le train dans un moment de conflit, absorbé par sa colère, parfois boudeur et se préoccupant peu de ses capacités de retour, il veut souvent punir de son absence ou montrer sa réprobation. Il n’est pas décompensé mais se retrouve dans une situation qui dépasse ses capacités d’adaptation. Quelques nuits dans la rue, sans dormir et sans traitement peuvent avoir facilement raison des équilibres les moins fragiles et conduire aux urgences.

• Réfléchi mais radical : il part pour trouver du soleil, rompre avec l’insupportable sujétion à l’autorité de son tuteur, tente d’échapper à une équipe de soins vécue comme intrusive. N’ayant rien à perdre, il quitte Lille pour Marseille, comme autrefois on quittait la vieille Europe pour les Amériques. Il se retrouve rapidement sans argent et sans possibilité d’en obtenir, ne pouvant ni rester ni rentrer, l’angoisse et la désorganisation grandissantes le conduisent aux urgences. Il fait parfois des allers-retours dans le même contexte, montrant ainsi sa constance et peut devenir un habitué des urgences lorsqu’il séjourne dans la ville, comme les VRP avaient autrefois leurs habitudes dans certains hôtels de province.

• Maniaque : voyageant en première classe pour aller rejoindre un destin fabuleux, attiré par Marseille, ville-monde à l’ampleur conforme à ses ambitions, il y fait parfois étape avant Rome, Barcelone ou Berlin…

• Délirant : fuyant précipitamment ses persécuteurs à Paris, il se retrouve à Marseille, terminus Saint-Charles, dans un sentiment de guerre urbaine et de catastrophe imminente, il se précipite parfois chez la police ferroviaire pour chercher protection.

• Halluciné : obéissant à ce qu’il croyait comprendre des injonctions hallucinatoires pas toujours très claires, il se trompe de train à force de tendre l’oreille, voulait aller à Nîmes et se retrouve à Marseille, perdu et angoissé.

• Désorganisé : il ne sait plus comment ni pourquoi il a pris ce train et le contrôleur aura appelé les secours devant ce voyageur mutique et pétri d’angoisse, resté tapi au fond de la rame d’un TGV vidé de ses occupants.

• Optimiste : il s’est rendu à l’étranger en bonne santé, y tombe malade. Le rapatriement prévu pas sa compagnie d’assurance, s’arrête dans le CHU le plus proche de l’aéroport. Venu du bout du monde, il échoue à Marseille bien que vivant à Bourges. C’est plutôt une pathologie du voyage qu’un voyage pathologique.

• Voyageur de profession. Il parcourt la France, accumule les contraventions pour défaut de titre de transport, est connu de tous les services d’urgence de France. Il aura lassé toutes les équipes qui auront tenté de l’accompagner, en l’occurrence de le confiner dans un mode de vie sédentaire dont il ne veut pas.

Cette typologie nous montre que, là où nous avons trop rapidement tendance à voir l’expression d’un trouble, le voyage est souvent vécu par le patient comme une issue, une tentative d’émancipation : échapper à ses persécuteurs ou à sa condition, donner suite à une ambition pressante pour la soulager, obéir aux voix pour qu’elles se taisent enfin, tout simplement voyager pour vivre… Le voyage pathologique apparaît moins comme l’expression du trouble mais déjà comme une volonté de s’y soustraire. Voyage thérapeutique alors, plutôt que voyage pathologique? A l’évidence, les tentatives thérapeutiques ne sont pas toutes opportunes ni couronnées de succès, que le prescripteur soit le malade lui-même ou un médecin. L’échec de l’entreprise n’en modifie pourtant pas l’intention initiale et ne nous exonère pas de la comprendre comme telle : en quoi le voyage est-il thérapeutique ?

Voyage et subjectivité

Si nous poursuivons cette vague intuition que le voyage permet de restaurer quelque chose, pourrions-nous préciser quoi et comment? Pourrions-nous établir les principes et modalités d’action d’un tel traitement? Avant tout et plus généralement, que vaut le voyage pour chacun d’entre nous? Que nous fait-il?

Le voyage est constamment une promesse de bénéfice subjectif, d’accomplissement de soi que nous nous tournions vers les poètes (« Heureux qui comme Ulysse.. »…), la croyance populaire (« Les voyages forment la jeunesse »), la multitude des romans, ceux que nous lisons en voyage et ceux qui nous font voyager ou bien encore l’industrie touristique et son iconographie de bonheur ultime apporté par le voyage. Manifestement, si le voyage nous dépayse proprement, nous portant au- delà de notre espace naturel, il nous transporte aussi aux frontières de nous-mêmes.

A l’évidence, pas de voyage sans déplacement, mais cette condition nécessaire n’est pas suffisante. Ainsi le photographe Henri Cartier-Bresson affirme-t-il dans son livre « Images à la Sauvette » avoir beaucoup circulé mais ne pas savoir voyager. Pour que le déplacement devienne voyage il doit être double : déplacement géographique du corps dans l’espace, déplacement subjectif qui interroge justement les modalités de sa propre constitution. Ces deux dimensions du voyage (que nous pourrions nommer par simplicité déplacement et décentrement) sont relativement indépendantes l’une de l’autre. Des formes prototypiques de voyage peuvent parfaitement les illustrer. Par exemple, le voyageur de commerce, obligé de déplacer géographiquement son corps, cherche à se protéger de toute mise à l’épreuve subjective, réduisant le plus possible tout effet de surprise, dormant dans les mêmes hôtels, dédiés bien à propos (Hôtel du Commerce, Hôtel des Voyageurs), s’arrêtant dans les mêmes tables, tissant autour de lui une quotidienneté d’habitudes qui l’installe chez lui partout, à l’abri de tout décentrement.

De façon similaire, une certaine forme de tourisme actuel, dans laquelle tout effet de nouveauté et de surprise serait sinon banni du moins fortement encadré, où l’on prendrait soin d’aller dîner dans des restaurants à l’autre bout du monde mais dont on connaîtrait la carte et la qualité des mets à l’avance, qui nous auront été recommandées par une communauté virtuelle de voyageurs avertis, laquelle nous guiderait aimablement dans un espace géographique sûr mais aplani, voire écrasé par l’excès d’une prévenance mortifère. Nous ne sommes pas loin de la critique du Guide Bleu formulée par Rolland Barthes et qui dénonçait le « pittoresque » comme cette zone à l’exotisme contenu, à l’originalité policée, forme convenue du voyage qui n’en serait déjà plus un. Le bénéfice subjectif résiderait ici uniquement dans le plaisir d’appartenir à la communauté des voyageurs et la valorisation attribuée à ce type de consommation. Ce qui pourrait donner, sans caricaturer beaucoup, cette conversation archétypique « Et vous? Vous avez fait le Mexique? – Non, mais c’est prévu pour l’an prochain! ». Ce type de voyage renforcerait notre identité d’homme social, appartenant à la communauté des hommes où être soi c’est être comme tout le monde sous la forme de l’homme en général, du On heideggérien (Das Mann). Voilà donc un type de voyage qui se limiterait au déplacement et nierait tout décentrement.

A l’opposé, on pourrait citer ces voyages où le déplacement importerait moins que le décentrement, ceux où la recherche explicite des limites physiques ou subjectives serait l’objet même du périple, dans un refus revendiqué de tout ce qui se fait déjà. Le péril de sa vie peut venir cautionner l’authenticité du questionnement et mettre en péril le corps physique plutôt que la subjectivité, comme par erreur, dans une confusion ontico-ontologique. Les conquérants de l’extrême qui gravissent des montagnes comme personne, qui traversent en solitaire des étendus glacées, qui s’immergent totalement dans une communauté humaine parfaitement étrangère, ne cherchent qu’à s’éprouver identitairement, soi-même comme nul autre. Le déplacement n’est alors que l’occasion du décentrement.

De façon plus contingente, la rencontre inattendue effractant les habitudes d’un sujet sur un mode traumatique, le plongeant dans l’effroi, pourrait être la forme ultime d’un décentrement sans déplacement. Ainsi de l’expérience esthétique de Stendhal dans laquelle la rencontre avec l’œuvre d’art bouleverse l’ordre émotionnel, le contact affectif avec le monde, poussant littéralement le sujet hors de lui et hors du monde dans un mouvement conjoint de dépersonnalisation et déréalisation. Le voyage à Florence de Stendhal ne trouve de sens que dans ce décentrement.

Entre ces formes paradigmatiques des voyages-déplacement et des voyages-décentrement, les voyages, ceux que nous faisons effectivement, s’inscrivent toujours dans un mélange plus ou moins désiré, plus ou moins confus et finalement plus ou moins heureux, de décentrement et de déplacement.

Sur le décentrement :

Le voyage – le vrai pourrions-nous dire – tire cette opportunité privilégiée d’interroger notre subjectivité de son pouvoir d’ouverture à un champ d’expérience entre le propre et l’étranger. Celle-ci surgit de l’artifice du voyage qui entame notre carapace, celle des habitudes du quotidien. Il nous déracine du monde commun où nous baignons d’ordinaire, n’y prenant garde, soutenus des évidences naturelles de ce qui va de soi. Le voyageur éprouve alors cette indubitable expérience de l’étranger dans cette expérience renouvelée de soi. Mais si le dépaysement y est possible, c’est sans doute aussi et avant tout dans le pouvoir d’exposition de notre propre étrangeté. Pour Merleau-Ponty, cet entrelacs entre l’étranger et le propre est permanent, constitutif du sujet et corporellement déterminé. Il y voit la manifestation du caractère toujours fuyant d’un corps qui nous échappe, que nous ne pouvons jamais maîtriser tout à fait. Merleau-Ponty nous installe ainsi dans l’inconfort d’un corps propre qui ne l’est jamais complètement. L’expérience de l’étranger n’est donc pas uniquement une affaire topologique. Bernhard Waldenfels nous suggère que « l’expérience de l’étranger ne signifie ainsi pas seulement que nous rencontrons de l’étranger; l’expérience de l’étranger culmine dans un devenir étranger de l’expérience elle-même ». Le voyage nous ouvre ainsi nécessairement à des manifestations de dépersonnalisation-déréalisation.

Sur le déplacement :

Voyager c’est sortir de son territoire, de ses habitudes, de sa langue. Ce déplacement est la condition nécessaire du voyage. Elle ouvre une parenthèse, elle propose de suspendre au moins temporairement nos modalités constitutives, nos soucis, nos projets. C’est parce que le voyage nous soustrait à la contingence qui nous contraint d’ordinaire et nous définit qu’il interroge essentiellement ce que nous sommes. Il fonde ainsi cette intuition largement partagée qu’il pourrait nous révéler dans ce que nous serions essentiellement.

Si le déplacement permet de sortir de sa quotidienneté, le mouvement serait aussi porteur, en lui-même, d’un vécu de liberté. C’est la liberté de résister au surgissement du monde par le mouvement. Apparaître est un mode d’être essentiel de l’homme. Apparaissant au monde, nous sommes soumis à la pression physiognomique du regard d’Autrui. Le corps vivant apparaît bien au-delà du soma qui le délimite. Je suis partout où se porte ma parole et mon regard mais aussi dans la fumée de ma pipe ou le bruit de mon pas. Inversement, Autrui s’étend jusqu’à moi, bien au-delà de son enveloppe corporelle, et m’atteint par son regard dans une poussée annexante à laquelle le paranoïde ne peut résister. Résister à cette pression insistante des forces physiognomiques, c’est là l’enjeu que chacun doit relever continûment sous peine de succomber au syndrome paranoïde. Selon Straus, la stance (Stand), les propriétés posturales et dynamiques de l’homme lui permettent de prendre distance de ce qui l’entoure. Mais le langage atténue également l’insistance des choses. Il me permet de les transformer en concept.

La stance pourrait donc aussi nous protéger d’un vécu délirant de sur-proximité d’un monde que nous ne pourrions plus tenir à distance. Il n’est d’ailleurs pas rare de voir des idées délirantes de persécution surgir d’un vécu dépressif d’incapacité à se mouvoir assorti d’un grand ralentissement moteur. Il arrive également de voir émerger des premiers accès délirants de persécution au cours de périodes d’alitement prolongé imposées par une condition médicale. Il y a donc dans la stance une accession à soi sous la forme du refus, une proximité entre un « je peux » heideggérien et un « je me meus ».

Voyage et monde

Le voyage est aussi un questionnement sur le monde, en tout cas l’occasion d’aller éprouver ce qu’est le monde. Erwin Straus évoque cette double forme de la fréquentation du monde et qui nous ouvrirait à deux types de contacts, à deux espaces vécus différents. Il distingue ainsi l’espace géographique, ordonné par une préoccupation industrieuse, normé et limité. C’est le monde commun, celui du moi empirique, du langage et des réalités constituées. A l’opposé s’ouvre l’espace du paysage lieu d’une communication préréflexive avec le monde, fondateur pour Straus de l’espace esthétique. C’est le lieu d’une intimité vécue avec le monde, issue d’un contact désintéressé et qui nous fait simplement dire « j’en suis ». Il s’agit d’une modalité de la présence non thématisée, non limitée et non orientée dans l’espace. Ce type de contact vital peut être qualifié de vécu atmosphérique et nous pourrions sans doute le rapprocher de l’espace affectif que Tellenbach développe. L’apparaître, le surgissement, le visible et donc le regard, la direction et la distance n’épuisent pas toutes les expériences de notre ouverture au monde. Dans Goût et Atmosphère, Tellenbach envisage la connexion homme-monde dans ce qu’elle peut avoir de plus originelle. L’odeur y tient une place particulière en tant qu’elle nous ouvre à un monde où les objets ne sont pas encore constitués. Dans le sentir, le monde se dévoile comme totalité échappant à la représentation. Par la respiration et l’odorat, il nous pénètre et témoigne d’une continuité entre intérieur et extérieur. L’espace qui se révèle ici n’est pas métrique. Les distances soi-monde sont abolies, faisant fondamentalement du sentir le sens de la proximité et de l’intimité, l’instigateur d’une confiance primordiale dans le monde. Comment méconnaître l’importance des odeurs dans le voyage? Du point de vue de l’intentionnalité husserlienne, on peut sans doute voir dans ces manifestations l’aube de la conscience constituante. Il y a dans l’atmosphérique, ouverture, ébauche de soi et du monde sans qu’une direction intentionnelle précise ne permette de dégager une forme constituée. Nous pourrions dire qu’il y a plus ici « ouverture de », qu’il n’y a « ouverture à ». Nous sommes en présence d’une manifestation du sujet transcendantal pas encore complètement brouillée par sa tâche de réalisation du moi empirique.

Le voyage est donc aussi cette forme privilégiée ouvrant un contact renouvelé avec le monde, plus primordial, plus affectif, plus esthétique et désintéressé.

Vertus thérapeutiques du voyage

Nous l’avons vu, voyager nous sollicite au-delà de la curiosité et peut nous exposer de diverses manières de sorte que nous ne devrions pas parler du voyage mais des voyages. Les personnes souffrant de schizophrénie n’échappent pas à cette diversité. Les vertus thérapeutiques sont sans doute très différentes pour cette personne fuyant ses persécuteurs ou celle-ci qui, depuis des années, s’est installée dans ce qui nous apparaît un mode de vie marqué d’une errance inconfortable voire dangereuse.

Les voyages des schizophrènes sont donc moins pathologiques que profondément humains. L’illusion du schizophrène pensant fuir ses voix dans le voyage est-elle si différente de celle du cadre cherchant à fuir ses soucis professionnels mais qui ne parvient pas à renoncer à son smartphone? En quoi l’inconséquence du schizophrène cherchant à s’établir sur Marseille sans préparation et présumant de sa capacité à le faire serait-elle différente en nature de celle de l’alpiniste s’engageant dans une voie où il restera bloqué? C’est davantage une différence de proportion plus que de nature qui permet à Ludwig Binswnager d’évoquer la présomption – c’est-à-dire cette tendance à faire des projets présomptueux, coupés de sa base d’expérience – comme une des trois formes manquées de la présence schizophrénique.

Blankenburg introduit comme phénomène essentiel de la schizophrénie la perte des évidences naturelles c’est-à-dire la perte de cette constante présomption de la permanence du style constitutif du monde, celui du monde commun des évidences partagées. Que ce sol se dérobe dans la schizophrénie peut nous permettre de comprendre la quête inlassable de certains patients pour tenter de retrouver un monde, un espace d’appui en deçà du monde commun, plus primordial, plus affectif, plus solitaire ? L’espace du paysage pourrait bien constituer une forme de suppléance au dérobement du monde commun. La perte de cette communauté des évidences naturelles pourrait également conduire à des formes de suppléances d’une communauté minimale, celle éprouvée par exemple dans la nostrité alcoolique. Parfois, errances et ivresses se mêlent dans une double suppléance, cherchant un appui sur un monde affectif dans le voyage et une collectivité primordiale désengagée de tout projet dans l’illusion communautaire de l’alcool.

La précipitation

Pour en venir au second point de notre propos, la précipitation d’une grande hauteur, deux éléments épidémiologiques justifient de notre intérêt. Parmi les modalités du suicide la précipitation est un phénomène rare représentant environ 6,5% de la mortalité du suicide, loin derrière la pendaison (50%), l’intoxication (25%) ou la mort par arme à feu (10%). C’est d’autant plus étonnant quand l’on songe à l’influence classique de la disponibilité du moyen sur la nature du passage à l’acte (ainsi par exemple du suicide par arme à feu chez les policiers, du suicide médicamenteux chez les médecins ou du suicide par ingestion d’organophosporés en population rurale du sud-est asiatique). Or dans notre monde contemporain essentiellement urbain, les lieux de grande hauteur facilement accessibles sont légion et s’ajoutent aux nombreuses falaises périurbaines de notre région. J’avoue ne pas avoir d’hypothèses sur cette sorte de résistance anthropologique à une modalité suicidaire largement disponible. Pourtant, dans la schizophrénie cette modalité suicidaire est fréquente, de 25% à 40% des suicides en fonction des séries. Les explications ne manquent pas s’appuyant généralement sur l’impulsivité ou bien la pression d’injonctions hallucinatoires. Mais ces explications ne paraissent pas complètement convaincantes. D’autres maladies se caractérisent en effet par une forte impulsivité : les états mixtes des troubles bipolaires, certaines formes de dépression associées à des prises d’alcool, des troubles de la personnalité marqués par un dyscontrôle émotionnel et pulsionnel. La précipitation y est pourtant rare. Quant à la pression des injonctions hallucinatoire, classique élément clinique d’explication du passage à l’acte, relevée dans toutes les expertises, est peut-être plus problématique que ce que l’on en retient ordinairement. D’abord, il n’existe aucun élément dans la littérature permettant d’apprécier la valeur prédictive positive d’un tel symptôme quant à un passage à l’acte. Ensuite certains auteurs, dont Arthur Tatossian, soulignent que les hallucinations et le délire, s’ils peuvent être un motif propre à l’action, le sont en quelque sorte par erreur. La règle étant que l’univers délirant et la réalité mondaine sont souvent des mondes dissociés, comme l’indiquait pour sa défense le Président Schreber, soulignant que son royaume n’était pas de ce monde et qu’il était possible d’être la femme de Dieu et un juge rigoureux. Le délire et les hallucinations ne seraient généralement pas un motif propre à l’action selon ses auteurs. Il n’est donc pas certain que l’excès de suicide par précipitation dans la schizophrénie soit entièrement imputable à des exceptions à cette règle.

Je me souviens de ce jeune homme rencontré après un saut du 6ème étage d’un immeuble, ayant miraculeusement survécu sans aucune fracture, sauvé par une splénectomie d’hémostase. Au moment des faits, il était dans sa chambre, convaincu de l’imminence de l’arrivée de ses persécuteurs qu’il sentait roder à la porte de l’appartement. La certitude de leur irruption, l’horreur de la mort imminente, lui fît entrevoir dans la fuite par la fenêtre la seule issue possible. La certitude de la mort consécutive à la chute ne l’a pas effleuré. Il savait pourtant « intellectuellement » que ses chances d’en réchapper étaient minces mais affectivement, sensoriellement, le saut apparaissait comme une issue naturelle, évidente, presque sans audace. Difficile de comprendre ce manque de conscience au moment de l’acte. Peut-être des phénomènes de dépersonnalisation et déréalisation modifiaient-ils la perception du poids corporel. Peut-être aussi ce geste s’est-il fait avec cette tranquillité déroutante en raison d’une modification de la spatialité vécue. La surproximité délirante des persécuteurs, le vécu d’acculement, où qu’il soit, donnait à cet homme un sentiment de rétrécissement de l’espace, de contraction du monde et d’oppression. Peut-être aussi que la perte des évidences naturelles, la nécessité de continument reconstruire un monde qui ne va pas de soi, donnaient à ce jeune homme un sentiment constant de dérobement qui n’était pas uniquement psychique mais également corporel, l’inscrivant dans l’incertitude d’un monde sans sol sur lequel s’appuyer, à partir duquel se déployer, existentiellement, corporellement. Rappelons enfin ces vécus de passivité et d’écrasement infligés par les hallucinations dans lesquels aucune manoeuvre exploratoire ne permet d’échapper à la saturation sensorielle, toujours là, totale, sans possibilité ni de s’y soustraire dans la fuite ni de l’enrichir dans des manœuvres exploratoires. Le mouvement, excessif, total, absolu, de projection de soi apparait comme une tentative ultime et désespérée de s’extraire de la passivité hallucinatoire pour renouer avec un je peux, fut-ce au péril de sa vie comme chez ces explorateurs de l’extrême.

Conclusion

Le voyage et la précipitation nous ont donc permis d’interroger l’engagement corporel mais aussi subjectif dans la psychose. Le voyage pathologique nous apparait dans une dimension nouvelle, digne d’intérêt, invitant à nous y pencher vraiment, sans le réduire à un symptôme attendu de la maladie. Il devient propre à engager une relation thérapeutique. Probablement certains schizophrènes cherchent-ils à voyager pour échapper à leurs idées délirantes comme les voyageurs de commerce cherchent à solder leurs marchandises : sans rien changer de soi. Le voyage ne serait alors effectivement que le symptôme de la maladie là ou du métier ici. Mais la plupart du temps le voyage pathologique est un vrai voyage. Il témoigne d’un engagement subjectif, de la recherche d’un contact renouvelé avec le monde, de la quête d’un arrière-plan, d’une ouverture, cherchant à retrouver l’aube d’une intentionnalité constituante et sans doute à renouer dans le mouvement avec un « je peux ». Quant au voyage ultime de la défenestration, il nous indique ce que signifie corporellement l’absence de sol vécu, de point d’appui, d’arrière-plan existentiel à partir duquel se déployer. Il dit comment le délire n’est pas qu’une idée incorrigible mais aussi une maladie corporelle où, sur-proximité délirante et rétrécissement de l’espace vécu permettent de comprendre l’inimaginable d’un saut assurément mortel mais qui pourrait sauver.