L’espérance de vie des personnes suivies pour troubles psychiques

RAPPORT : Personnes suivies pour des troubles psychiques sévères :
une espérance de vie fortement réduite et une mortalité
prématurée quadruplée
Magali Coldefy, Coralie Gandré (Irdes)

Numéro 137 de Septembre 2018 – QUESTION D’ÉCONOMIE DE LA SANTE

 

La mortalité des individus suivis pour des troubles psychiques sévères n’avait été étudiée que de façon parcellaire en France. La mise à disposition de données relatives aux causes médicales de décès appariées aux données de consommation de soins dans le Système national des données de santé (SNDS) en a permis l’étude à l’échelle nationale chez les principaux bénéficiaires de l’Assurance maladie.

La réduction de l’espérance de vie des individus suivis pour des troubles psychiques atteint en moyenne 16 ans chez les hommes et 13 ans chez les femmes avec des variations en fonction des troubles considérés. Ces individus ont des taux de mortalité deux à cinq fois supérieurs à ceux de la population générale, quelle que soit la cause de décès, et un taux de mortalité prématurée quadruplé. Ces premiers résultats encouragent à développer des travaux visant
à expliquer cette surmortalité ainsi qu’à mener en parallèle des actions ciblées pour réduire les inégalités de santé dont sont victimes les personnes vivant avec un trouble psychique.

à lire sur : http://www.irdes.fr/recherche/questions-d-economie-de-la-sante/237-personnes-suivies-pour-des-troubles-psychiques-severes-une-esperance-de-vie-fortement-reduite.pdf

PLURI-ELLES

Pour info :

 

ACCUEILLIR, ÉCOUTER ET ORIENTER TOUTE FEMMME EN SOUFFRANCE PSYCHIQUE À PARIS

Consultation psychanalytique destinée à accueillir, écouter, conseiller et ainsi aider toute femme en souffrance psychique, à Paris, à trouver, rencontrer son « bon entendeur ».

Un rendez-vous s’obtient rapidement, pour les jours suivants l’appel, ou dans la semaine.

En urgence, possibilité d’être reçue dans les 24 à 48 heures.

Appeler le 06 81 25 48 56

Cette consultation est entièrement gratuite.

La méningite des poireaux

http://lameningitedespoireaux.blogspot.fr/p/calendrier.html

La Méningite des poireaux nous embarque en mots et en musique dans le tourbillon de la vie sanchopanchesque du Dr Tosquelles. Le révolutionnaire de la psychiatrie, le pourfendeur des idées reçues, l’ouvreur d’esprits et de paupières. La Méningite est de ces (rares) spectacles qui nous transforment, pour de bon, immédiatement. C’est quoi la folie ? C’est quoi être fou ? Folle ? Peut-être rien d’autre que la vie finalement.

Avec La Méningite des poireaux, Frédéric Naud boucle sa seconde. Trois spectacles pour interroger les normes mentales, regarder avec des yeux neufs celles ou ceux que nous considérons comme « fous » ou « folles », celles  et ceux qui ne rentrent pas dans les cases et finalement faire éclater nos préjugés dans un grand éclat de rire ou d’étonnement. Le pari de Frédéric Naud était risqué, d’aucun disait, totalement fou. Le résultat est un miracle de théâtre et d’intelligence collective. Toutes les belles idées sont des idées folles !

 

SUICIDE Enjeux éthiques de la prévention, singularités du suicide à l’adolescence

3e rapport de la DIRECTION DE LA RECHERCHE DES ETUDES DE L’ÉVALUATION ET DES STATISTIQUES, AGENCE NATIONALE DE SANTE PUBLIQUE, OBSERVATOIRE NATIONAL DU SUICIDE de Février 2018

à lire : SUICIDE Enjeux éthiques de la prévention, singularités du suicide à l’adolescence

 

Les droits fondamentaux des mineurs en établissement de santé mentale 

CONTROLEUR GENERAL DES LIEUX DE PRIVATION DE LIBERTE
Les droits fondamentaux des mineurs en établissement de santé mentale 
Dalloz, 2017.
L’étude qui suit s’appuie sur les constats opérés par les contrôleurs dans une trentaine d’unités accueillant des mineurs, essentiellement des adolescents. Elle rend compte de pratiques qui, pour avoir été couramment observées, ne sauraient prétendre à la représentativité ou à l’exhaustivité. Les exemples concrets qui sont rapportés se veulent avant tout occasion de réflexion ; ils ont aussi conduit à examiner précisément les textes, épars et parfois contradictoires, qui régissent la matière. L’analyse des constats suppose que soient préalablement connus les grands principes régissant l’autorité parentale utilisés tout au long du rapport ; ils seront donc brièvement exposés dans un premier chapitre (I). Sera ensuite posé le cadre général des soins en santé mentale à travers l’organisation du système de soins et la place du jeune patient au sein de ce système. Il apparaît que la minorité est une notion peu adaptée en matière de santé mentale (II). La question des modalités d’admission du mineur sera ensuite abordée, qu’il s’agisse de soins dits libres ou de soins sans consentement. Elle relève d’un système juridique complexe et laisse apparaître des pratiques variables (III). Enfin, seront évoqués les divers aspects de la prise en charge au regard du respect des droits du mineur et de ses représentants légaux (IV).  

La suite à lire  http://www.cglpl.fr/wp-content/uploads/2017/11/Rapport-th%C3%A9matique-mineurs-hospitalis%C3%A9s_version-web.pdf